La fille de l’hiver

Auteure: Eowyn Ivey
Titre original: The snow child
Edition: 10/18
Pages: 448
Genre: Contemporain, Conte
Coup de coeur: ♡ ♡ ♡

J’ai choisi ce livre car j’avais envie d’une lecture qui me plongerait dans la neige et le froid. Je ne vais malheureusement pas voir la neige cette année, je l’ai loupée à Noël en rentrant en Suisse et en Irlande il ne neige généralement pas. Et j’avais du coup hâte de partir pour l’Alaska et ses magnifiques paysages glacés. Je m’attendais à passer un bon moment avec ce livre mais je ne m’attendais pas à ce qu’il me transporte à ce point. J’aime être surprise ainsi!

IMG_5459

Au début des années 1900, Jack et Mabel décident de s’exiler en Alaska pour oublier leur enfant mort-né et leur incapacité à concevoir après cet évènement. Ils espèrent que l’Alaska et ses terres sauvages vont les aider à se rapprocher et à reconstruire leur vie. Il achètent donc une petite maison en bois et quelques terres à cultiver et se lancent dans la grande aventure du nord. Mais leur vie va vite être une série d’épreuves afin ne pas mourir de faim et de froid et chacun va s’enfermer un peu plus dans sa douleur. A l’arrivée de la première neige, dans un rare moment d’insouciance, Jack et Mabel vont construire un bonhomme de neige et lui donner les traits d’une petite fille.  Le lendemain matin la petite fille de neige a fondu, les vêtements dont ils l’avaient parés ont disparu et des petits pas s’éloignent vers la forêt. Quelques jours plus tard une petite fille apparait près de leur cabane. Est-elle réelle ou fait-elle partie de leur imagination?

L’histoire est inspirée d’un conte russe traditionnel ou un couple âgé sans enfants sculptent une petite fille de neige qui se transforme pendant la nuit en une petite fille qui vient vivre avec eux chaque hiver et disparait chaque été. Avant chaque chapitre, l’auteure nous livre d’ailleurs un petit bout du conte originel. Mais le conte est aussi présent dans le récit; Mabel lisait cette histoire quand elle était enfant avec ses parents et elle adorait, elle demande d’ailleurs à sa soeur de lui envoyer le livre pour qu’elle puisse le relire. Elle ne peut s’empêcher de faire un lien entre ce qui leur arrivent et ce conte allant même jusqu’à croire que la petite fille est un personnage féérique. Jack lui est plus terre à terre et essaie de comprendre l’histoire de cette petite fille farouche qui vit toute seule dans la forêt. Je me suis moi même demandé tout au long du livre si la fillette était réelle ou non.

J’ai aimé cet allé-retour entre réalité et conte. J’ai aussi énormément aimé l’ambiance de ce livre, cette découverte de l’Alaska, de la rudesse de la vie des fermiers et des trappeurs. Eowyn Ivey a grandit en Alaska et on peut sentir son amour et son envie de partager cet amour, avec nous lecteurs, pour ces terres et ces étendues sauvages. Avec moi cela aura marché. Je me suis imaginée vivre avec Jack et Mabel dans leur petite cabane, à me rationner niveau nourriture pendant la période hivernale, à me promener dans la forêt enneigée et sur les lac gelés. Cette lecture m’a reposée, m’a fait oublier pendant quelques instants ma vie et mes soucis. J’ai partagé joies et peines avec Jack et Mabel qui est un couple très attachant. Les personnages de cette histoire sont d’ailleurs tous intéressants et bien travaillés. J’ai par exemple adoré la voisine, pleine de vie et de bonne humeur qui arrive à nous faire sourire même dans les pires moments. Elle et sa famille vont être d’une grande aide à Jack et Mabel pour surmonter la rudesse du climat.
Ce roman a plein de bonnes intentions, certain pourraient penser qu’il y en a un peu trop, que tout est trop lisse et trop « beau ». Mais cela ne m’a absolument pas gêné, j’ai lu cette histoire comme un conte, un petit moment de bonheur, un petit échappatoire et cette histoire m’a terriblement touchée. J’ai d’ailleurs versé quelques larmes à la fin de ma lecture et cela faisait bien longtemps que je n’avait passé une petite partie de la nuit à lire car je ne pouvais pas reposer mon livre! Rien que pour ceci et pour les émotions qu’il a déclenché. ce livre est un coup de coeur.

Un joli livre pour l’hiver que je vous recommande!

Cette lecture clot mon Cold Winter Challenge. Et compte pour la phrase: Un livre traduit en français de l’Ultimate Reading Challenge ainsi que pour le Challenge new PAL 2016.

Publicités

6 réflexions sur “La fille de l’hiver

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s