L’arabe du futur

« – Et toi, Abdel, tu en penses quoi de Kadhafi, de Assad ? Tu dirais que ce sont des dictateurs ou pas ?
– Bien sûr que c’est des dictateurs ! Je suis pas idiot ! Mais chez les Arabes, c’est différent…
Il faut être dur avec eux. Il faut les forcer à s’éduquer, à aller à l’école… Si tu leur demande leur avis, ils feront rien, ce sont des feignants et des bigots alors qu’ils ont les mêmes potentiels que les autres… […] Kadhafi, il est pas fou, il force les Arabes à changer.
Quand les Arabes seront éduqués, ils se libéreront des vieux dictateurs tout seuls…
– Et il y aura quoi à la place ? Des jeunes dictateurs ? »

Auteur: Riad Sattouf
Edition: Allary
Année de parution: 2014 / 2015

 

l'arabe du futur 1 et 2

Cet année encore, j’ai décidé de participer au challenge-énigme chacun son époque organisé par magiciennedoz sur livraddict. J’ai été un peu plus frileuse que l’année passée et j’ai choisi le XXème siècle.

Le challenge se déroule sur 5 mois ( mars à juillet 2017). Chaque participant choisit une époque qu’il aime et doit lire chaque mois un livre qui se déroule à cette époque MAIS dans un genre différent. A la fin de chaque mois, sous réserve de lecture entrant dans les consignes, magiciennedoz va nous révéler un indice pour nous aider à résoudre une énigme.

Pour le mois de mars, j’ai choisi de lire la BD L’arabe du future tome 1 et 2 de Riad Sattouf. Le moyen-orient et le monde arabe est une culture qui m’intéresse beaucoup ces temps et j’étais curieuse de découvrir cette BD autobiographique.

Alors je suis un peu embêtée avec ces deux tomes, car si j’ai aimé beaucoup d’aspects il y aussi pas mal de petites choses qui m’ont dérangées.

Riad Sattouf est né d’un père syrien et d’une mère bretonne, c’est son enfance au Moyen-Orient qu’il nous raconte. Nous allons découvrir la Libye de Kadhafi et la Syrie d’Hafez Al-Assad au travers des yeux du petit Riad.
Dans le premier tome, la petite famille vit en Lybie, puis décide de partir pour la Syrie après un petit séjour en France. Le deuxième tome, qui m’a plus plus, raconte la première année de Riad à l’école arabe, la rencontre avec la famille de son père et le quotidien d’un petit garcon aux cheveux blonds qui vit essaie de s’intégrer dans cette nouvelle vie.

Le grand plus de ces deux ouvrages est selon moi le fait que l’auteur vulgarise admirablement bien l’histoire de la Syrie, de la Lybie et de la culture arabe en général. Nous découvrons tout ceci avec les yeux de Riad et les explications sont concises et  simples. J’ai appris énormément de choses au travers de ces deux ouvrages. Le monde expliqué par la bouche d’en enfant et un schéma qui marche très bien avec moi.

Il est venu le moment d’aborder les points qui m’ont un peu moins plus lors de ma lecture. J’ai trouvé que les arabes étaient présentés sur un trop mauvais jour. J’ai par moment vraiment perçu ceci comme une critique du monde arabe. Je m’attendais plus à lire un ouvrage homage à la culture arabe tout en abordant les challenges actuels, j’ai donc été un peu déçue de ce côté-ci. Je n’ai aussi eu aucune sympathie pour les parents de Riad (et les adultes en général). La mère est inexistante et n’a aucune personnalité et le père est carrément désagréable. Le trait de crayon ne m’a pas non plus emballé mais cela n’est pas le plus important et ne m’a pas gêné.

Je recommande cependant cette lecture et je vais m’empresser de commencer le troisième tome!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s